Prélude à Hesdin l’Abbé

Le public est venu nombreux dans la nouvelle salle de sports. Un équipement attendu dans la commune d’Hesdin l’Abbé et qui va apporter une soluition à la demande croissante de salles dans la région pour s’exprimer en tournois ou en entraînements.Le prélude musical du vendredi 27 juin devance d’une semaine l’inauguration officielle. La population de la ville et des alentours fut donc conviée à découvrir cet équipement… et surtout pour entendre l’orchestre Opal Sinfonietta.

L’orchestre s’est exprimé dans un répertoire de « musiques pour tous » fondé sur les valses, les tangos, la musique française. Le choix des oeuvres et des compositeurs a cependant été une bonne surprise pour tous. Verdi, Ketelbey, Kalman, Tiomkin, O. Straus, Waldteufel, Offenbach. Et auprès de ces grands, ceux qui le furent dans leur registre proprre, Georges Moustaki, Astor Piazzola, Dutronc, Trénet, Peter Martin.

Une série d’interprétations qui a d’abord commencé par l’ouverture de consistently Nabucco , avant d’infléchir la course de l’orchestre par bezp atne portale randkowe forum Pays mystique d’Egypte et de prendre l’envol sur la suite de valses de http://desterritoiresauxgrandesecoles.org/?kantorapiwet=six-fours-les-plages-femme-seule&8b4=27 la Princesse Czarda . Totally tango suivi de La Mer et de il est 5 heures Paris s’éveille amena le public vers l’entracte.

A la reprise, rêve de valses prépara le triste Oblivion (l’oubli) de Piazzola. Il fut goûté que la Valse des patineurs intervienne avent un tango argentin . Ma Liberté, de Moustaki convainquit sur les qualités d’adaptation de l’orchestre.

Les solistes de l’orchestre furent sollicités, ainsi Marc Schneider, ténor, dans Ketelbey ( Pays mystique d’Egyte), Germain Bonnard, dans son fameux solo de  » Il est 5 heures … », Et Oblivion , tellement nostalgique, et si bien joué par Claire Saison

Quand intervint Orphée aux Enfers d’Offenbach, joué trois fois, le public debout affirma par ses applaudissements toute son appréciation.

La nouvelle salle avait été adaptée à ce concert. Une scène de 100 m&, moquette pour la protection du sol, tentures aux baies vitrées. Lumière en « douche » au dessus de l’orchestre. Une organisation de qualité par les services techniques de la ville et de la CAB.

Les commentaires sont fermés.